Extrait de la quatrième leçon sur la divino-humanité par Vladimir Soloviev (1re partie)

Traduit du russe par Bernard Marchadier

Même en se plaçant du point de vue de la conception dominante à l’heure actuelle, à savoir celle qui s’appuie sur les sciences naturelles, on est amené à reconnaître que s’il n’y avait pas d’être doués de sens le monde changerait radicalement de caractère. En effet, d’après cette conception, le son pris en soi, par exemple, c’est-à-dire indépendamment de l’ouïe et des organes auditifs, n’est qu’une vibration ondulatoire de l’air ; mais il est évident que la vibration n’est pas encore en soi ce que nous appelons un son. Pour qu’elle le devienne, il faut qu’elle puisse agir sur une oreille, il faut qu’elle provoque dans un appareil auditif des réactions déterminées et que celles-ci apparaissent à l’être sensible comme une sensation auditive.

Lire la suite