Le désespoir de la modernité – Ce n’est peut-être pas complètement mauvais

15 janvier 2018 – Père Stephen Freeman

Il est de commun usage chez les Pères de décrire le désespoir et la tristesse comme les conséquences de ne pouvoir combler nos désirs. L’affirmation peut sembler simpliste, mais elle pointe directement au cœur de notre tristesse. Il y a une mélancolie à notre époque qui naît de nos attentes par rapport à la modernité. Le mantra du progrès et le fait de croire qu’il existe toujours une solution aux problèmes auxquelles nous faisons face sont des terreaux fertiles au désespoir moderne.

J’ai observé dans nos médias sociaux que lorsqu’un problème dans notre culture se présente il s’ensuit un flot immédiat de solutions. La croyance de la solvabilité de tous les problèmes est un des fondements du monde moderne. Nous sommes éduqués dans cette attente du progrès et de solutions. Lorsque nous nous rendons compte que ce n’est pas le cas, il y a une réponse naturelle de désespoir.

Ce même désespoir est le moteur primaire de la colère moderne. Nous voulons des solutions. Nous croyons qu’une solution est possible. Lorsque la solution est introuvable, nous sommes colériques. Nous blâmons. Le monde se divise alors entre ceux qui, comme nous, défendent la bonne solution, et ceux qui bloquent le chemin du progrès que nous croyons toujours possible.

                « Si vous ne faites pas partie de la solution, vous faites partie du problème. » – Lisions-nous sur les autocollants de pare-chocs des années 60

Mais, bien sûr, la modernité est un faux rêve. La modernité ne règle pas les problèmes dans l’ensemble. Nous grugeons un problème à la fois et nous nous émerveillons de nos jouets technologiques. Les gens continuent de mourir – tous les gens. Les gens continuent de souffrir, c’est une partie inévitable de notre vie en ce monde. Il y a de vastes bouleversements et injustices qui sont autant un produit de la modernité qu’ils sont insolubles. Le discours qu’on tente de nous apprendre par rapport au progrès et la solvabilité est simplement faux. Il est seulement « assez vrai » dans des exemples très isolés pour que nous continuions à croire qu’il est toujours vrai dans toutes les situations.

L’enseignement chrétien sur la vie spirituelle ne nous dicte pas de vivre notre vie sur de fausses présomptions. Pour faire « fonctionner » l’évangile dans le monde moderne, l’évangile doit être changé. Mais, bien sûr, ceci signifie choisir de croire que Jésus ne savait pas de quoi Il parlait ou qu’Il était limité par Sa culture… « Nous sommes plus civilisés. » C’est une hérésie, mais c’est probablement l’hérésie la plus commune de notre temps.

La façon générale de pratiquer ce « nouveau » évangélisme est d’isoler nos citations favorites et de monter un nouveau paradigme en système. Dans une certaine mesure, cet exercice commença lors de la Réforme et fut une constante dans le Protestantisme qui se transforme pour mieux s’accommoder à une culture (souvent justifié par « l’évangélisation de la culture. ») Ce n’est pas une pratique restreinte au Protestantisme. Sous plusieurs formes variables, tous les Chrétiens du monde moderne pratiquent cette restructuration de l’évangile.

Les présomptions de la modernité ne sont pas le produit de notre époque (elles ne sont pas des idées qui ont « évolué »). Elles sont des présomptions précises mises de l’avant par une philosophie particulière en un temps particulier et adoptées d’une façon si étendue qu’elles nous semblent comme étant le « simple bon sens ». Elles font simplement partie de notre vision du monde. Elles deviennent donc les lentilles sous lesquelles nous lisons les Écritures et deviennent un filtre inconscient. Nous prenons ce qui nous semble utile et rejetons ce qui ne semble pas l’être. Mais l’« utile » que nous avons inconsciemment en tête se résume à ceci : « aidez-moi à vivre de manière moderne, dans un monde moderne, vers un salut moderne. »

Je pense que nous sommes souvent désappointés de constater que Dieu refuse d’agir comme un Dieu de la modernité. Les extrêmes comme les prêcheurs de la « prospérité » sont seulement les exemples les plus flagrants du dieu moderne. Il y en a d’autres, plus subtiles. Par exemple, nous nous attendons à ce que Dieu coopère dans nos projets politiques (de droite ou de gauche). Étant les régleurs de problèmes liés au progrès, nous présumons que Dieu vise les mêmes buts que nous. Pas du tout.

Il y a des moments dans nos vies où le projet moderne nous semble être une prophétie sans failles. Sa promesse d’un monde meilleur semble s’accomplir devant nos yeux. Les gens sont occasionnellement nostalgiques d’un temps où il croyait en cette prophétie. Lorsque ces temps changèrent pour devenir un temps de frustrations, nous avons commencé à nous demander pourquoi Dieu permettait à un tel mal d’exister. Nous ne réalisons pas que ce que nous demandons réellement c’est pourquoi Dieu refuse de se conformer à ce projet moderne.

Une des présomptions du monde moderne est celle d’attribuer une « place » à Dieu à l’intérieur de celle-ci. L’idéal moderne d’un « monde meilleur » n’est pas bâti autour de la communion avec Dieu. En effet, il se situe dans son indépendance. Dieu a été relégué en un saint patron des causes perdues : « Tout ce que nous pouvons faire est de prier. » L’idéal de la vie moderne est l’autosuffisance.  Nous en voulons assez pour le présent et une bonne réserve pour le restant de nos jours. D’une certaine façon, notre prière se résume à « Oh Dieu, aide-moi à ne pas avoir besoin de toi. »

Toutefois, nous servons un Dieu bon qui aime l’humanité, et Il reconnaît notre incompréhension par rapport à notre besoin d’échecs. Il est à la « croisée des chemins » par rapport au projet moderne, travaillant à notre complète transformation en Lui plutôt qu’à un monde meilleur. Pour toutes les prières de toute l’humanité de tous les âges, Sa réponse se retrouve sur la Croix. Il nous y attend pour nous rencontrer.

Traduction de l’anglais de « The Despair of Modernity – It Might Not Be All Bad » par le Père Freeman publié sur Glory to God for all Things (https://blogs.ancientfaith.com/glory2godforallthings/) en date du 15 janvier 2018.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s