Les contradictions de l’Écriture

Nous pouvons, cependant, seulement exprimer la Vérité que si nous y voyons l’extrême expression de toutes les contradictions qui en découlent, d’où il suit que la Vérité elle-même englobe la projection ultime de toutes ses invalidations, est antonymique et ne peut être autrement.
-Pavel Florensky

 

J’ai écrit dans un article précédent sur l’importance des contradictions dans la connaissance de Dieu. La foi orthodoxe se réjouit totalement du paradoxe et de la contradiction et assène facilement son langage d’adoration avec des expressions antonymiques choquantes. Ceci est intentionnel et inhérent à la nature du genre de connaissance (koinonia) qui seul est une « connaissance salvatrice ». Se rappeler cela est important quand nous arrivons à l’étude des Écritures. Sans doute, la pratique la plus dévastatrice à l’égard des Écritures est de les débarrasser de ses contradictions. Aujourd’hui, cela se fait régulièrement à partir d’un certain nombre de sources. Apparemment, les êtres humains n’aiment pas la contradiction et ont un instinct passionné pour les minimiser. Cette diminution de la raison est appelée par plusieurs noms – certains d’entre eux étant si audacieux pour prétendre que c’est la raison elle-même. Ce ne l’est pas. La vraie raison est à l’aise avec la contradiction.

Lire la suite

La communion de l’amitié

Vous rencontrez quelqu’un et vous l’appréciez. Vous arrivez lentement à le connaître. Par des conversations et partages, une écoute et un apprentissage, commencent à émerger une image ou une réalité. Vous pensez à eux quand ils sont partis. Vous savez que vous leur importé aussi. La pensée que n’importe quoi pourrait les blesser est douloureuse. C’est l’amitié.

Lire la suite

Dans sa compassion

Parmi les plus grands mystères du Nouveau Testament sont ceux qui entourent la Mère de Dieu. Un grand segment du christianisme moderne est devenu sourd à ce sujet, résultat de siècles d’antagonisme envers certains aspects de l’ancienne tradition. C’est une surdité qui me fait mal au cœur, principalement parce qu’elle représente un grand fossé dans une plus large expérience de la foi. Quelques années après ma réception dans l’église orthodoxe, un ami de mon passé anglican m’a demandé si je pensais parfois à revenir. Il n’avait aucune idée de l’étrangeté de cette pensée pour moi. Mais dans mon esprit, la première pensée était l’absence de Marie. Je pense avoir dit quelque chose à l’effet que je ne pourrais jamais envisager de quitter « ma mère ».

Lire la suite

Ce qui est caché à la vue et la fausse accusation

Au temps de leur visite, ils brillent et courent comme des étincelles dans le chaume. (Sagesse 3: 7)
____
On raconte une histoire où saint Macaire avait été faussement accusé d’avoir engendré un enfant par une jeune femme dans un village. Après avoir été battu et humilié par la populace, il est retourné à sa cellule, a rassemblé tous les tapis et paniers qu’il avait faits et a donné des instructions pour qu’ils soient vendus, afin que l’argent fut donné « à ma femme ». Il fut plus tard acquitté du crime pour lequel il avait été faussement accusé.
Le disciple de saint François, frère Juniper, a été faussement accusé de vol, de meurtre et de plusieurs de ces crimes. Il a immédiatement avoué qu’il était coupable de tout. Il a été sauvé à la dernière minute de sa pendaison par l’intercession des frères.
Nous sommes tous faussement accusés.

Lire la suite

Un homme vertueux

La vertu n’est pas un mot commun dans notre culture. Il semble même un peu « antique ». Pour certains, il a très peu de sens, ou un sens très éloigné de son sens originel. Cependant, dans la tradition chrétienne, il y a une très longue histoire de l’étude de la vertu. Jusqu’à la Réforme protestante, les pensées sur ce qu’était le « bien » et ce que cela signifiait pour une personne de poursuivre le « bien », étaient presque exclusivement pensées en termes de vertu. Ces dernières années, il y a eu une renaissance dans l’étude de la vertu, menée en particulier par des théologiens tels que Stanley Hauerwas et d’autres. J’ai étudié sous Hauerwas à Duke dans les années 80. Cela m’a profondément impressionné et a depuis marqué ma compréhension de ce que signifie une « bonne personne ».

Lire la suite

Un moment déterminant

Qu’est-ce qui vous définit?

La réponse à cette question, dans une large mesure, est un commentaire sur ce qui vous possède. Les discussions sur les principaux aspects de notre humanité ne sont souvent guère plus qu’une répétition de scripts préparés par nos propriétaires. Cela rend extrêmement difficile d’avoir des conversations fructueuses sur de nombreux sujets, et presque impossible d’explorer les possibilités qui ont été marginalisés par les forces possédantes de notre culture

Lire la suite